vendredi 4 août 2017

Dalida... à Paris Plages


Invitée d'honneur de l'édition 2017,


...la diva prend la pose...


..parée de ses robes mythiques...


..dans un flamboyant caléidoscope.


mercredi 12 juillet 2017

Au Café de Flore


L'endroit rêvé pour butiner... et papillonner!

Parc Rives de Seine


Un petit aperçu des quais de Seine...


..qu'on peut désormais arpenter à pied toute l'année!


Ravalement de façade


Avec la bénédiction du Pape François!

mardi 4 juillet 2017

Soldes d'été chez Trazita!


Pour l'occasion, la vitrine du magasin, ornée de lanternes, prend des airs de matsuri!


Flower mandala


Feuille - fleur au parfum éphémère,
Le temps d'une nuit,
Elle brille et rayonne jusque dans l'à - peine - ombre...

Ascension mystique


"Instantané" de la venue à Paris du peintre et musicien indien Om Prakash saisi le 21 juin 2017, jour de la fête de la musique:



la courte vidéo ci-dessus se veut un témoignage de l'atmosphère profondément spirituelle émanant de l'artiste ainsi que de ses œuvres picturales et sonores, la perspective sur cet escalier aux marches éclairées par les rayons du soleil faisant écho aux tableaux symboliques du maître.


Pour découvrir Om Prakash, cliquer ici:
http://omprakash.in/

vendredi 23 juin 2017

Dragonfly


De battements d'ailes...


..en lèche-vitrine,


la vie "frit-vole".

Sérieux penchant pour l'alcool!


A donner le vertige...

Exposition d'œuvres de Bayram - photos, tableaux, estampes... - du 6 au 18 juin 2017 (Paris 12ème)


Pour une petite visite virtuelle en musique, c'est par ici:



Une lecture d'extraits des livres d'art de Bayram, intitulés les "Diseries", fut aussi l'occasion d'un bel échange avec le public...


http://www.bayram.fr/

lundi 19 juin 2017

Kimono


"Au bonheur des dames?"

Voilà un sous-titre qui a de quoi intriguer. Bien sûr, il s'agit d'une référence au célèbre roman d’Émile Zola, traitant du développement des Grands Magasins parisiens dans les années 1860, mais les visiteurs de l'exposition ont-ils tous fait ce rapprochement, et surtout, dans quel sens prendre cette allusion? Comme un simple parallèle avec l'essor similaire que connurent à leur tour certaines entreprises commerciales japonaises au début du 20ème siècle? Ou bien avec une pointe d'ironie, loin de la beauté frivole des articles vendus à une clientèle plutôt aisée, considérant tout ce que cette évolution a entraîné comme conséquences souvent humainement assez dramatiques (fermeture des petits commerces, précarité de l'emploi, etc)?

Quoiqu'il en soit, ce choix inscrit d'emblée l'exposition dans une perspective moderne et une vision très occidentale (d'où la dernière partie consacrée aux créations de haute couture inspirées du kimono, du japonisme à nos jours), un peu au détriment de l'historique de la maison Matsuzakaya (fondée en 1611 à Nagoya) ainsi que de ses riches collections. D'ailleurs, l'affiche elle-même s'en ressent: mannequin de type européen tout droit sorti d'un magasine de mode vêtu d'un modèle contemporain certes intéressant d'un point de vue du design, mais sans aucune comparaison possible avec la délicatesse et le raffinement des précieux kosode des 17, 18 et 19ème siècles présentés pour la première fois en France. Pourtant, lorsqu'on les a contemplés, on sait combien ces derniers recelaient matière à réaliser un visuel des plus somptueux! Un potentiel hélas mis complètement de côté, sans doute dans le souci de renouveler l'intérêt pour le musée Guimet auprès d'un public plus "large", donc globalement moins sensible à ce genre de subtilités...

Ceci étant, l'ensemble se déroulait sous nos yeux suivant une scénographie classique et efficace, des catalogues de motifs aux kimonos en passant par les objets associés au port du costume traditionnel: des obi (ceintures), accessoires de coiffure tels que kushi (peignes) et kanzashi (pics), jusqu'au trousseau de la mariée japonaise. Seul le haori, veste portée par-dessus le kimono, n'était pas représenté, alors même qu'il en épouse la forme (en plus court) et qu'il a inspiré lui aussi nombre de créateurs! On reste malgré tout sous le charme des broderies et teintures si poétiques de ces habits anciens aux motifs végétaux, animaliers ou abstraits, pour la plupart réalisés dans des étoffes de soie des plus nobles...

Plus d'informations ici:
http://www.guimet.fr/fr/expositions/expositions-a-venir/kimono-au-bonheur-des-dames

samedi 17 juin 2017

T'Xuan


06 08 02 60 72
06 71 83 33 96
56, rue La Fayette, 75009 Paris.

Merci à Stéphane W. pour ce beau moment d'évasion...

The Spy Who Touched Me


Goodbye Sir Roger Moore...

samedi 3 juin 2017

mardi 23 mai 2017

Espace Kaiko - Invitation


Situé dans le deuxième arrondissement de Paris,


à deux pas des Grands Boulevards,


dans un cadre typiquement japonais,


ce nouveau petit centre culturel...


..vous ouvre ses portes...


..sur rendez-vous,


du 1er au 30 juin 2017!


Venez y (re)découvrir origami, kirigami, furoshiki, kitsuke, chanoyu...


..ainsi que de nombreux autres arts traditionnels nippons!


 Réservations au 06 43 74 25 50


ou à l'adresse habituelle: e.waechter@yahoo.fr


 



Inauguration ce jeudi...


..après une préparation en douceur...


Décoration très sobre,


à l'aide de plateaux en bois,


nattes de bambou,


et origami!


Quelques images de l'apéritif...


 ..franco-japonais,


avec chips, olives, croustilles, féta, gâteaux au sésame,


tomates cerises, chips aux algues,


 champignons, biscuits au comté,


et autres spécialités de l'archipel,


sans oublier de délicieuses pâtisseries au thé vert, yuzu et azuki!


Benzaiten, ou Benten, divinité de la sagesse, du savoir et des arts,


entourée de la tortue de longévité, des grenouilles protectrices des voyageurs,


 mais aussi du Daruma, sage votif...


 ..veille désormais sur l'Espace Kaiko!


 Merci à tous ceux et celles qui ont contribué,


de près ou de loin,


à l'existence de ce lieu unique!